Oeuvres d’art

Le CNEP, un centre d’assistance technique aux milieux culturels

L’activité de recherche sur le comportement à long terme des matériaux organiques utilisés pour l’élaboration, la restauration et la conservation préventive des oeuvres d’art implique trois niveaux d’intervention :

– une analyse des matériaux organiques dans leur état initial ;

– une application de contraintes physico-chimiques provoquant, à long terme, soit des photovieillissements (sous différentes répartitions lumineuses), soit des thermovieillissements (à différentes températures), soit des vieillissements hydrolytiques de ces matériaux organiques;

– une analyse de l’évolution chimique, au cours de ces vieillissements, des matrices polymères et de toutes les charges, additifs, pigments, colorants solubles, … qui confèrent au mélange ses propriétés de matériau fini. Cette analyse permet de rationaliser les phénomènes physiques et chimiques complexes observés au cours des vieillissements et de les exploiter pour prédire les durées de vie de ces matériaux en conditions d’usage.

L’analyse de la matière organique à l’état solide est donc une préoccupation essentielle du CNEP, qui met en oeuvre, en particulier. les techniques récentes suivantes :

1 – la spectrophotométrie Infra-Rouge à Transformée de Fourier (IRTF), avec éventuellement détection photoacoustique (pour les systèmes très opaques) ou analyse des premiers microns d’une surface (ATR-Thunderdome) ;

2 – la microspectrophotométrie IRTF (couplage de la première technique et de la microscopie IR) ;

3 – la spectrophotométrie de diffusion moléculaire Raman ;

4 – la microspectrophotométrie de diffusion moléculaire Raman ;

5 – la spectrophotométrie d’absorption UV-visible réalisée avec un appareil équipé d’une sphère d’intégration ;

6 – la microspectrofluorimétrie.

Les microspectrophotométries et la microspectrofluorimétrie s’appliquent, soit à des couches élémentaires de 7 microns, soit à des microzones de 1000µm² de section.

Ces techniques sont bien adaptées à l’analyse de prélèvements d’oeuvres d’art.

En démarche préliminaire à tout travail d’élaboration, de restauration ou de conservation préventive d’oeuvres d’art, il est par exemple possible d’analyser :

– la nature de la plupart des liants organiques impliqués dans les vernis et les peintures sur tout support: ces liants peuvent être des colles, des cires, des huiles, des laques ou des polymères synthétiques. La photomicrographie permet d’examiner la stratigraphie et chaque couche élémentaire est ensuite analysée par microsonde moléculaire IRTF ou RAMAN ;

– la nature d’un grand nombre de charges, de pigments ou de colorants ;

– la nature des adhésifs, consolidants, … employés dans une restauration antérieure ;

– l’état de vieillissement des liants organiques originaux ou des produits de restauration antérieure ;

– la nature et l’état de vieillissement de fibres textiles et éventuellement, de leur encollage ;

– l’état de vieillissement de papiers anciens

– la nature et l’état de vieillissement de caoutchoucs anciens ;

– la nature et l’état d’évolution en conditions de conservation des supports audiovisuels (films photographiques exceptés) ;

– la nature et l’état de vieillissement de composés organiques consolidants et hydrofugeants de pierres ; ces composés peuvent être analysés directement sur la surface pierreuse et dans les couches les plus superficielles par spectrophotométrie IRTF avec détection photoacoustique ;

– la nature et l’état de vieillissement de vernis, peintures ou revêtements organiques sur surfaces métalliques ; l’analyse peut également concerner les primaires d’adhésion.

Exemples d’étude:

– peintures du grand foyer de l’Opéra Garnier de Paul Baudry, Felix Barrias, Jules-Elie Delaunay (1874)

– peintures murales de la Cathédrale Notre Dame des Doms à Avignon

– décors peints de l’ancien Hospice Gartois à Lille

– polychromies de carrosses et traineaux historiques du musée du Carosses à Versailles

– sculptures polychromes chinoises

– contrôle de l’application d’agents de consolidation de la pierre en vue de la restauration de la Tour Saint-Jacques

– tableaux de l’époque ou de l’atelier de Leonard de Vinci ou de Rembrandt

– tableaux de galeries ou de propriétaires privés présumés de J. Arp, F. Leger, Modigliani, Soutine, Van Gogh

– contribution à l’authentification d’oeuvres de propriétaires privés