Vieillissement

LE CNEP OU LA MAITRISE DU VIEILLISSEMENT DES « MATERIAUX POLYMERES »

L’emploi de matériaux organiques de synthèse se développe à l’évidence dans toutes les activités humaines. D’abord utilisés dans le domaine du textile et de l’emballage sous le nom de « matières plastiques », ces matériaux deviennent de plus en plus élaborés et ils envahissent tous les secteurs d’activité industrielle, agricole, médicale, sportive et culturelle, et on les qualifie alors de « matériaux polymères ». Dans le domaine industriel, la Région Auvergne, qui transforme plus de 14 % du volume national de ces matériaux, fait preuve d’un dynamisme remarqué.

L’emploi des matériaux polymères peut être sévèrement limité par une perte prématurée de leurs propriétés au cours de leur usage, et, tout particulièrement, de leur usage à l’extérieur. Ces problèmes de vieillissement sont traités, encore aujourd’hui, par des méthodes essentiellement empiriques développées dès les années 50. Mais, à ces méthodes, se substitue peu à peu une approche basée sur la recherche fondamentale, d’abord développée au Laboratoire de Photochimie de l’Université Blaise Pascal et de l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Clermont-Ferrand , puis par le Centre National d’Evaluation de Photoprotection (CNEP).Fondé en 1986, après 15 ans d’activité fondamentale du Laboratoire de Photochimie, le CNEP est une filiale de l’Université Blaise Pascal installée sur le campus des Cézeaux. Le CNEP traite actuellement, par an, plus de 600 problèmes industriels originaux, à la demande spontanée de Sociétés Industrielles régionales, nationales et internationales. Rechercher les raisons d’une défaillance d’un matériau polymère, y remédier, prévoir la durabilité d’un nouveau matériau, améliorer les stabilités ou programmer des dégradations spontanées, tels sont les objectifs du CNEP. Le développement du CNEP va de pair avec une demande de plus en plus pressante de qualité à long terme dans les secteurs des transports (et, en particulier, dans le secteur automobile), des équipements autoroutiers, des équipements sportifs, des industries électriques, des industries de la plasticulture et des industries du bâtiment.La double structure Laboratoire de Photochimie – CNEP, qui associe étroitement recherche fondamentale et recherche appliquée, et qui est entourée par 40 groupes industriels de taille européenne et d’établissements publics français, adhérents du CNEP, s’avère être originale sur le plan mondial. L’approche de la durabilité qu’elle recommande a d’ailleurs été concrétisée par le fait que le principal producteur d’enceintes de vieillissement artificiel au monde, la Société ATLAS MTT (Francfort, Chicago) vient d’engager la production et la commercialisation des enceintes SEPAP 12.24 mises au point par les chercheurs du campus des Cézeaux.

L’expertise du CNEP, dans le domaine de l’analyse de micro-quantités de matériaux organiques et dans le domaine du vieillissement de ces matières, a également suscité l’intérêt des milieux culturels depuis près de 15 ans. Le CNEP traite donc des problèmes de matériaux organiques synthétiques et naturels utilisés pour l’élaboration, la restauration et la conservation préventive des oeuvres d’art, avec les sites d’activité culturelle correspondants (Service de Restauration des Musées de France, Bibliothèque Nationale de France, Centre Pompidou, musées d’histoire naturelle et musées de civilisation, centres de restaurateurs, restaurateurs privés … et artistes contemporains).